[Impressions] Mon avis sur Ni No Kuni (PS3) après 40h de jeu

15 février 2013 — 3 commentaires

Ni No Kuni Lumi Oliver

Je passe tellement de temps sur Ni No Kuni que j’ai eu envie de partager mes impressions sur ce titre après y avoir joué plus de 40 heures. Il faut dire que je suis un fan des RPGs et que j’aime bien y passer plus d’une centaine d’heures quand c’est possible. Pour l’instant, j’en suis encore un peu loin, mais je n’ai pas encore terminé l’histoire principale.

Les circonstances qui ont vite rendu ce jeu indispensable à mes yeux, et du coup rendu l’attente avant sa sortie interminable, sont assez évidentes. Déjà, il s’agit d’un projet regroupant Level-5 et le studio Ghibli. Ensuite, les premières images et vidéos enchanteresses ont accentuées mon intérêt. Enfin, la démo qui fut disponible en début d’année a fini de me convaincre.

Ni No Kuni Motorville

Tout d’abord, visuellement, le jeu est magnifique grâce à la direction artistique. C’est presque comme si on regardait un film d’animation tellement les détails foisonnent et que l’ensemble reste cohérent. Par exemple, la carte sur laquelle on se balade offre une palette de couleurs riches et des environnements très détaillés. Il en est de même des cités que l’on visitera au fil de l’aventure, chacune arborant une thématique différente. Je suis resté émerveillé devant Carabas (Ding Dong Well) ou Al-Mameuh (Al Mamoon).

Ensuite, l’histoire qui nous est contée ne m’a pas vraiment enthousiasmé. Je n’ai pas été vraiment étonné par le déroulement de celle-ci, mais j’ai néanmoins pris plaisir à la suivre et à découvrir en même temps de nouveaux environnements et races qui les peuplaient. Je me répète, mais c’est un univers cohérent, et c’est pour moi important que l’ensemble tienne la route. L’humour est aussi très présent pour contrebalancer le côté un peu plus sombre de l’histoire. A ce propos, j’ai d’ailleurs beaucoup apprécié la partie qui se déroule à Boicéliande, et le début dans le Palais des larmes quand on se lance dans la quête des pierres.

Ni No Kuni Boss

Côté gameplay, c’est pratiquement un sans faute. Je reviendrais sur ce qui me gêne plus bas, avant tout je vais parler de ce qui m’a plu sur ce point. Là, j’englobe un peu tout, de l’interface à l’alchimie en passant par les familiers. Tiens, commençons par les familiers justement. Si au début de l’aventure, on nous en confie quelques uns automatiquement, on pourra par la suite les attraper nous même pendant les combats. Je ne vais pas expliquer comment ça se passe, le jeu s’en charge très bien à ma place. Par contre, on est très vite atteint de collectionnite aiguë, même si la capture n’est pas toujours facilitée, faute à un taux de pourcentage assez bas voir très bas dans le cas de rares spécimens.

Je vais raconter une petite anecdote à ce sujet.  Il existe deux créatures assez particulières dans le monde de Ni No Kuni. L’une se nomme Toko, et l’autre Tokododo qui est en fait une évolution de la première. Déjà, leur taux d’apparition est minime (on a plus de chance de rencontrer Toko), mais ils ont aussi tendance à fuir le combat. L’avantage si on arrive à les battre, c’est l’XP gagnée (environ 2000 XP pour Toko, et 9000 XP pour Tokododo). Bref, j’ai passé plus de 4 heures à chasser le Tokododo en vue de l’attraper (son taux de capture est inférieur à 2%), mais j’y suis arrivé. Bon, après, j’ai réussi à le monter au niveau 3, sauf que maintenant il faut plus de 65 000 points d’XP pour passer au niveau suivant…

Ni No Kuni Port Maillot

Chaque familier est différent, associé à un signe (lune, étoile, soleil, planète, voir double-lune, double-étoile, etc), et pouvant évoluer 2 fois à différents stades de sa croissance. En le faisant combattre, il gagne de l’expérience, des niveaux, de nouveaux pouvoirs. En le nourrissant, on peut améliorer manuellement différents traits comme l’attaque physique/magique, la défense, la précision, etc. Je préviens, la chasse aux familiers et le fait de s’en occuper est extrêmement chronophage.

Quant au reste, on est la plupart du temps dans une approche classique du RPG. Je ne m’étends pas sur l’alchimie qui consiste simplement à mélanger divers ingrédients, soit au gré de nos envies soit en suivant les recettes obtenues d’une autre manière. Je finirais cette partie en précisant que le grimoire est disponible dans le jeu, et traduit entièrement en français.

Ni No Kuni Combat

Venons en aux points qui me chagrinent dans ce merveilleux monde de Ni No Kuni. Même si le côté enfantin et un peu niais faut bien l’avouer de l’ensemble ne gêne pas outre mesure, le fait de tenir par la main le joueur au point de lui casser le poignet (virtuellement cela va sans dire ^^) est vraiment pénible. Il m’est arrivé plus d’une fois de râler et de matraquer le bouton croix pour passer des dialogues ou des explications connues depuis belle lurette. Comme le fait de devoir engager la discussion à chaque fois que l’on souhaite utiliser les sorts « cueille-cœur » et « passe-cœur ». J’ai ri jaune également quand Lumi tentait de faire comprendre à Oliver quelle personne était l’âme-sœur d’une autre entre les deux mondes. Le plus marrant a été ce moment où le « capitaine pirate » me passe un sermon comme quoi j’avais eu du mal à battre son « gardien » (j’en dis pas plus, faut bien garder la surprise) - ce qui était faux en plus - parce que mes familiers n’avaient pas atteint leur stade ultime en utilisant cette fois des perles au lieu de perlettes… Oui, ça faisait juste une bonne dizaine d’heures que 4 d’entre eux en était déjà à ce point.

La dernière chose qui m’a gêné dans le jeu, c’est ne pas pouvoir décider chaque action des membres de l’équipe dans les combats. On sélectionne un capitaine, et l’IA s’occupe des actions du reste de l’équipe en se basant sur quelques réglages de base (soutien, donne tout, improvise, etc). Non, parce que des fois l’IA ne fait vraiment pas ce qu’il faut, sans compter les collisions entre personnages / familiers / ennemis ce qui donne un perso qui court dans le vide bloqué par un autre, car il tente d’atteindre un ennemi derrière celui-ci.

Quoi qu’il en soit, ces défauts ne pèsent pas bien lourd et n’entachent pas le plaisir que j’ai à jouer à ce fabuleux jeu. Ni no Kuni : La Vengeance de la Sorcière Céleste est un jeu de rôle qui offre des dizaines d’heures de rêverie et d’enchantement.

3 responses to [Impressions] Mon avis sur Ni No Kuni (PS3) après 40h de jeu

  1. 

    Salut, d’après les captures d’écran tu joues même en anglais, mais t’es une bête humaine

  2. 

    Salut à toi fan de Ni No Kuni,

    Je suis comme toi, un féru de RPG, le dernier que j’ai acheté étant bien sur : Ni No Kuni :)
    Je suis pas encore a la fin du jeu, je chasse actuellement les cristaux de manna, mais je pense etre a 10h a tout casser de finir ! Et comme toi, j’suis un fou de toko et tokododo… Les allers retour incessant pour 9000 exp :D
    Enfin bref, juste de passage pour te dire que tes articles sont biens écrits et agréable a lire ! continue comme ça !

    Je sais pas si tu y a jouer, mais si tu as l’occasion de l’avoir, prend Tales Of Graces F sur PS3, qui est juste magnifique à mes yeux :)

    Je passerai régulièrement sur ton site, continue comme ça :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s