TFGA n°14 : Le changement c’est maintenant

Si la précédente thématique s’orientait sur les mauvais points dans l’évolution du jeu vidéo, place cette fois-ci aux bons côtés, car le changement n’est pas forcément mauvais. Je dois bien avouer qu’aujourd’hui j’aurais bien du mal si tout à coup nos consoles rajeunissaient pour correspondre aux limitations techniques d’une époque pourtant tant chérie. Et en voici les raisons principales.

N°5 : Immersion sonore et visuelle

C’est évident pour moi, le premier point concerne les graphismes et la partie sonore des jeux vidéo. Si je n’ai rien contre nos bons vieux jeux, c’est surtout qu’ils sentent bon les souvenirs. Si à l’époque les limitations n’en étaient pas et poussaient les développeurs à se surpasser ou à trouver des combines, quel bonheur aujourd’hui d’avoir un média qui évolue à cent à l’heure.

TFGA #14 évolution Tomb Raider

L’immersion est presque totale, les graphismes ont fait un bond en avant, et la partie sonore n’est pas en reste, avec des bruitages et des musiques dignes du cinéma. Grâce à cette évolution, j’ai pu découvrir et aimer des titres comme Mass Effect qui m’a transporté aux confins de l’univers et m’a fait voyager à bord d’un vaisseau en bonne compagnie.

Les jeux sont de plus en plus grands, proposent de plus en plus de possibilités. Ils ne sont plus limités à un scrolling horizontal ou vertical mais offrent des mondes en 3D incroyables. Alors oui ça laisse moins la place à l’imagination, mais l’immersion n’en est que meilleure. Un autre avantage, les jeux vidéo sont moins répétitifs, enfin la plupart du temps.

N°4 : Partage, entraide et multijoueur

Fini le temps où l’on restait bloqué dans un jeu pendant plusieurs mois, le temps qu’un magazine papier fournisse la solution. Eh oui, à l’époque on devait se débrouiller tout seul pour finir un jeu, et parfois c’était bien compliqué voir impossible sans la solution. Il y avait toujours les potes pendant la récré, où on se passait la console pour que le copain vous fasse la zone en question et inversement.

TFGA #14 Call of Duty Black Ops 3

Mais aujourd’hui c’est de l’histoire ancienne, à l’heure d’internet, les guides et solutions pullulent avant ou quelques heures après la sortie du jeu, sans oublier tous ces guides stratégiques beaucoup plus nombreux qu’il y a quelques années. C’est un bien et un mal, faut juste savoir ne pas en abuser pour préserver l’intérêt de la découverte.

Il y a aussi le multijoueur, tout un pan du jeu vidéo qui a énormément progressé. Je me souviens encore des LANs que je faisais entre potes, à transporter nos PCs et à tout brancher. C’était convivial le « multi local », mais très contraignant. Aujourd’hui le multi est « online » et c’est vachement bien. Bon, perso je ne suis pas trop multi sauf quand il s’agit de coopération ou de jouer en équipe plutôt que tout seul en matchmaking. J’ai par exemple adoré jouer à Journey pour cet aspect coopération avec des inconnus sans avoir besoin de prononcer un mot, ou plus récemment Destiny pour l’aspect clan / équipe très poussé.

Et même si le multijoueur est principalement un mode compétitif avec tout l’égo et les mauvais côtés que cela dégage, je trouve qu’aujourd’hui l’entraide est plus vivante qu’avant, et ça fait plaisir.

N°3 : Manettes sans fils

TFGA #14 évolution manettes

Ceux qui se rappellent les câbles des manettes emmêlées, ou le câble qui traîne et qui est pris dans les pieds faisant tomber la console, me rejoindront sur ce point. Que c’est génial les manettes sans fil, on peut jouer dans n’importe quelle position à n’importe quelle distance (enfin jusqu’à un certain point).

En plus, maintenant on a droit aux vibrations, au pavé tactile, aux sons issus directement de la manette, et même à la reconnaissance de mouvements. On est loin des joysticks et pad à deux boutons.

N°2 : Les sauvegardes

Avant, quand on voulait finir un jeu, il fallait se préparer à devoir recommencer et recommencer encore les mêmes niveaux, jusqu’à les connaître par coeur. Aucune sauvegarde n’était possible. C’est simple, je pense pouvoir me rappeler sans mal les premiers niveaux de beaucoup de jeux auxquels j’ai joué étant très jeune, mais pas les derniers, vu que je mourrais avant. Un game over était synonyme de retour à la case départ. Les premiers jeux que j’ai terminé tournaient sur GameBoy, comme Double Dragon ou bien Super Mario Land.

TFGA #14 Super Mario Bros

Il a bien existé une période transitoire pendant laquelle on pouvait entrer des codes pour directement accéder à tel ou tel niveau d’un jeu vidéo, mais rien ne vaut les sauvegardes. Et encore heureux, vu la longueur des jeux aujourd’hui, jamais je ne pourrais m’en passer. Et quel plaisir de replonger dans un jeu en redécouvrant une vieille sauvegarde (je dois avoir encore celles de Final Fantasy VII et VIII à 100% juste avant le boss final).

N°1 : Les trophées et succès

Il paraît assez impensable d’imaginer les jeux vidéo sans trophées ou succès à débloquer. Il fut un temps ou ces médailles virtuelles permettaient de débloquer des bonus in-game, mais aujourd’hui elles servent surtout à récompenser le joueur pour telle ou telle action. Et je dois dire que j’adore ces trophées, j’en ai gagné un bon paquet  sur PS3, PS Vita et PS4.

TFGA #14 Trophées Playstation

Et même si maintenant je cours moins après, j’apprécie toujours autant le petit bruit qui retentit à l’obtention d’un trophée voir d’un succès. Et puis, si un jeu me plaît vraiment, je tente d’en obtenir le platine, ça rallonge la durée de vie d’un titre auquel j’aime bien jouer.

Conclusion

Voilà en ce qui concerne les changements bénéfiques qui ont permis aux jeux vidéo de progresser dans le bon sens. Avec le recul nécessaire, je me rends compte que le jeu vidéo est un média avec lequel j’ai grandi. J’ai vu son évolution au fil des années, et j’ai toujours continuer de l’apprécier et de jouer. Comme quoi, tous ces changements n’ont pas été mauvais, ils nous ont offerts des jeux vidéo plus matures, plus immersifs, des titres inoubliables quel que soit l’époque, et des machines incroyables.

Qu’il est loin le temps de Pong ou de Pac-Man. Et j’espère être là dans dix ans, pour me remémorer 2015 et voir de quelle manière le jeu vidéo aura encore évolué. Peut-être jouerons-nous couché sur notre lit, un casque sur la tête, dans une totale immersion au niveau des sens…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s