[Test] Need for Speed (PS4)

Après un épisode Need for Speed Rivals en demi-teinte qui inaugurait la première incursion de la licence sur consoles nouvelle génération (PS4 et Xbox One), EA revient avec une énième suite, sorte de reboot en quelque sorte, sobrement intitulé Need for Speed.

J’avais acheté Day-One Rivals sur PS4, vu qu’il s’agissait du tout premier jeu de courses disponible à la sortie de la console. Si j’avais bien apprécié le côté pilote, j’avais trouvé le clan des forces de l’ordre assez déséquilibré et moins fun. Au final mon avis sur Rivals était mitigé, s’il s’en sortait plutôt bien techniquement il ne remplissait pas le contrat côté amusement.

Need for Speed screenshot 06

Alors même si j’adore la série des Need for Speed, je n’ai pas tout de suite acheté le dernier épisode au prix fort, par peur d’être déçu. Les quelques tests que j’ai pu lire m’ont toutefois réconforté sur certains points, mais j’hésitais encore à sauter le pas. C’est finalement via le PSN et la promo à 28€ que j’ai craqué sur Need for Speed.

La nuit est belle…

Dès les premières minutes, la qualité visuelle nous en met plein les yeux. Entre les routes sinueuses des hauteurs ou les rues et autoroutes du centre ville, la réussite technique et au rendez-vous et le plaisir de conduire sans fausse note. Du moins, si on adhère au gameplay purement arcade, typique de la série et donc sans surprise. Même s’il est possible d’enlever quelques aides, surtout du côté du drift, pour plus de sensations.

Les courses s’enchaînent à une vitesse folle sans aucun clipping à déplorer ni aucune saccade, Ghost a fait du très bon boulot. Par contre, les rues de la ville sont trop souvent désertes, la circulation peu dense. Certes, ce peut être un bon point pour ceux qui veulent jouer du chrono, mais l’essence de la série où l’on slalome comme un fou entre les voitures manque à l’appel. Après, vu comment un crash nous handicape dans une course, vis-à-vis de l’IA qui du coup nous dépasse, ce n’est pas plus mal.

Et si t’allais drifter ailleurs ?!

D’ailleurs, à ce propos et avant que vous pestiez contre les autres joueurs qui vivent leur vie dans votre partie, sachez qu’il existe une manipulation tout simple pour être tranquille dans votre ville. Une fois votre jeu lancé en mode All-Drive, allez dans les paramètres du jeu et choisissez « jouer seul ». Vous allez relancer votre partie sans d’autres joueurs, uniquement l’IA. Je peux vous assurer que ça vous évitera quelques crises de nerfs quand vous tentez de battre des chrono ou de finir premier mais que vous croisez malencontreusement un autre joueur pépère en train de faire ses drifts en plein dans votre trajectoire.

D’un point de vue gameplay et pour finir là dessus, la prise en main est immédiate et n’importe quelle voiture fera l’affaire. La seule différence seront les chevaux disponibles au départ. Par la suite, vous pourrez customiser votre véhicule comme bon vous semble, du moins du côté des pièces mécaniques, car tous les véhicules ne sont pas logés à la même enseigne concernant la customisation visuelle.

Je suis un artiste moi !!!

La customisation des voitures est l’un des aspects qui apporte beaucoup à l’expérience du jeu. Si on enlève malheureusement le fait qu’on ne peut pas ajouter de néons (Need for Speed Underground, tu me manques ^^), les modifications possibles sont assez vastes. Concernant les pièces, c’est selon le type de véhicule, certains sont plus fournis. On peut modifier les jantes, les pare-chocs et même les phares.

Mais le truc le plus kiffant et sur lequel on peut facilement passer quelques heures c’est la partie peinture et stickers, histoire de donner un style original à votre bolide. On peut même partager ses créations. La prise en main des commandes demandera un petit temps d’adaptation, car elle n’est pas spécialement bien pensée.

Chef mécano

Parlons maintenant de la partie mécanique, car en plus de pouvoir acheter de nouvelles pièces pour gonfler la puissance de son bolide ou accéder à de nouveaux réglages, on peut aussi modifier le comportement de chaque voiture. Que vous préfériez le drift ou le grip, plusieurs barres de réglages permettent de nuancer le comportement du véhicule pour trouver l’équilibre qui vous convient. Vous pouvez aussi simplement modifier la toute première barre pour un réglage rapide entre drift et grip.

Personnellement, ma Subaru est réglée pour avoir suffisamment de grip pour gagner de précieuses secondes, mais aussi chasser comme il se doit dans les virages serrés pour enclencher des drifts de folie. A côté, j’ai pour l’instant une Honda Civic spécialement prévue pour les épreuves de drift, parce que changer le comportement d’un véhicule entre chaque épreuve est plutôt pénible, obligé de retourner au garage à chaque fois.

Quand on arrive en ville !

Et si on parlait un peu du scénario. Non, je rigole pas, y’en a un même s’il n’est pas très recherché. Parmi tous les tests que j’ai pu lire, beaucoup ont critiqué cet aspect du jeu, surtout à cause des saynètes filmées un peu maladroitement. Bah moi je trouve que ça fait tout le charme du titre, ça me rappelle Need for Speed Undercover dans lequel aussi l’histoire évoluait via des scènes filmées.

Les tests critiquaient ça et la répétitivité du jeu. La répétitivité dans un jeu de courses ? C’est une blague ?! Entre les épreuves de courses, chrono, drift, gymkhana, train-drift (une autre forme de course drift), il y a de quoi s’occuper sans entrer dans une certaine forme de routine. Et puis bon, un jeu de courses c’est fait pour faire des courses. On peut aussi s’amuser à battre les temps et records de sa liste d’amis.

Hors-la-loi solitaire

Le seul reproche que je ferais concernant le contenu du jeu, c’est la présence des flics, enfin plutôt leur nonchalance. Car il faut en vouloir pour être poursuivi et surtout les garder à vos basques à toute allure. Les flics ne sont pas très doués et vous perdent assez facilement. Et à part quelques barrages, la confrontation tournera vite court.

C’est bien dommage, car ce côté hors-la-loi apporte du piment au gameplay et fait partie intégrante des Need for Speed. Vous verrez que ce n’est pas toujours simple de réussir les défis de la branche Hors-la-loi du scénario, j’ai moi-même bataillé pour passer l’épreuve consistant à franchir deux barrages de police lors de la même fuite.

En vrac

Que dire d’autre sur ce Need for Speed cru 2015 ? Le tout connecté m’exaspère, je suis obligé de lancer ma partie deux fois pour pouvoir jouer tranquille (cf. mon astuce pour jouer seul). Et si tu n’as plus de connexion internet ou de PSN, bah tu peux toujours jouer à un autre jeu… Le choix de véhicule n’est pas très important, mais qu’il y a de bonnes caisses tout de même. Il y a un mode photo pro un peu léger mais sympathique pour créer et partager de belles photos. Le mode « A plusieurs » permet de se mesurer à d’autres joueur dans une même partie, alors que le mode « All Drive » permet de jouer en compagnie d’autres joueurs sans compétitions.

Des collectors sont à trouver sur la carte du jeu, hormis des prises de vues vous pourrez surtout dénicher des pièces gratuites pour vos voitures, c’est toujours ça de pris même si l’argent n’est pas vraiment un problème. Vous pouvez avoir jusqu’à 5 véhicules dans votre garage, c’est peu mais en même temps n’importe quelle voiture fait le job c’est juste une affaire de goût.

Conclusion

Ce Need for Speed remplit son contrat de nous divertir avec un gameplay aux petits oignons (et pas ognons, ce sera à partir de septembre ^^) et une technique irréprochable. C’est simple, je n’ai pas lâché le jeu du week-end, sans ressentir une quelconque lassitude. Le titre n’est pas exempt de défauts comme le tout connecté, le manque de présence des flics et des courses poursuites ou bien le peu de circulation dans la ville.

Par contre le terrain de jeu est assez grand pour s’éclater en enchaînant les épreuves, un petit tour par le garage pour quelques modifications et achat, puis une petite téléportation depuis la carte. Parce que oui, se balader en ville pour rejoindre une épreuve n’apporte pas grand chose, et se balader tout court encore moins. Peu ou pas de flics, et pas grande chose à faire. Du coup, les courses libre sont moins intéressantes, si ce n’est dans les hauteurs pour s’amuser à drifter dans les courbes.

Quoi qu’il en soit, J’adore le dernier Need for Speed et je le conseille à tout fan de la licence. Je m’amuse beaucoup dessus, et je pense viser le platine qui ne m’a pas l’air très compliqué. Pour les autres, sachez que c’est un titre purement arcade, donc les fous de simulation peuvent passer leur chemin.

2 réflexions sur “[Test] Need for Speed (PS4)

  1. Ping : [Mon avis] Need For Speed | Geek Gamer Universe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s