[Test] Mass Effect Andromeda : voyage mouvementé dans les étoiles

Nous sommes en 2017, soit cinq ans après la fin de la première trilogie… Quoi ?! Cinq ans déjà que j’attends une suite, un nouvel épisode à cette saga incroyable, j’ai fait comment pour tenir moi ? Bon, je reprends, nous sommes en 2017 au mois de mars, et je m’apprête à insérer le disque de Mass Effect Andromeda dans ma PS4 Pro. L’instant est solennel, tant d’attente, d’espoir, j’ai tant envie d’y jouer et de l’aimer…

Je me souviens, à l’annonce d’un nouveau Mass Effect, j’ai sauté de joie, je ne pouvais pas m’imaginer qu’il soit raté ou que personne ne l’apprécie. C’était impensable, Mass Effect est une religion pour moi, la nouvelle équipe chez Bioware ne pouvait que réussir. Mais j’avais un doute persistant, la date de sortie me paraissait trop proche. Juste quelques mois nous en séparaient, et je trouvais ce délai un peu court en repensant aux précédentes informations communiquées par l’éditeur à propos du jeu.

Premier contact

Mass Effect™_ Andromeda_20170416183547

Mais ne boudons pas notre plaisir, et lançons le jeu. Cette fois, la mise-à-jour attendra. Elle se téléchargera en parallèle, pas le temps de niaiser, je veux jouer. Les premières minutes, la musique, le ton, tout transpire Mass Effect à l’écran. Puis apparaissent les personnages, et même si je savais déjà à quoi m’attendre, c’est surtout les yeux qui me posent problème. Mais je me dis que j’arriverais à dépasser ça, le temps qu’un patch sorte. Le début de l’aventure m’appelle, je plonge et me délecte des premiers environnements très beaux, comme les effets d’ailleurs. La première planète découverte, l’Habitat 7, donne le ton, l’aventure promet d’être mouvementée.

La première fois que l’on rencontre les Kerts, ce n’est pas petits-fours et tasse de thé, c’est plutôt pan-pan dans la tronche. Beaucoup ont émis la première critique à l’encontre du jeu sur ce postulat de départ. Mais Les Kerts sont une race hostile qui veulent détruire Héléus, cette galaxie censée représentée le nouveau foyer de L’Initiative Andromède, et asservir ou plutôt exalter les autres races. Alors oui, on sort le flingue et on tire, alors oui les équipes de développement auraient pu commencer le jeu d’une autre manière et nous surprendre un peu plus tard en nous faisant balayer par les Kerts. Mais dans un autre sens, L’Initiative Andromède s’attendait à découvrir des mondes en or, un nouvel éden où s’installer, et là l’Hypérion découvre à la place le chaos, une race hostile, et un Nexus en piteux état, et ce ne sont que les premières désillusions.

Tout reconstruire

Mass Effect™_ Andromeda_20170422092932

À l’instar de notre héros Alex ou Sarah Ryder, le Pionner, nous allons devoir partir de zéro et faire fi de la première trilogie. L’Initiative Andromède s’est envolée vers Héléus quelques années avant l’attaque des Moissonneurs, nous sommes désormais 600 ans plus tard. Nouveaux personnages, nouveaux lieux, nouvelles intrigues, tout ce qu’il faut pour bien s’occuper pendant plusieurs dizaines d’heures. Les ingrédients de base ne changent pas beaucoup, on reste en terrain connu pour l’essentiel du jeu, que ce soit pour certaines mécaniques ou en ce qui concerne les armes et les pouvoirs.

Pour tout le reste, le jeu s’enrichit de nouvelles mécaniques, je pense notamment à la viabilité des planètes, aux PVA (des points à dépenser pour obtenir des atouts), et surtout aux combats. Ceux-ci ont radicalement changés du fait que nous ne contrôlons plus nos coéquipiers. Si au premier abord, ça m’a pas mal embêté, j’ai vite découvert tout l’intérêt de ces changements. Les combats sont plus nerveux et enthousiasmants. Déjà parce que notre Pionner ne se limite pas à un arbre de compétences, il peut tout aussi bien apprendre le maniement des armes que les pouvoirs biotiques ou technologiques. Ainsi on se retrouve avec un personnage qui nous ressemble vraiment dans la manière d’aborder les combats. On peut même attribuer jusqu’à 4 favoris de pouvoirs pour en changer selon la tournure en plein combat, via la roue des armes.

Reste que le jeu connaît de grosses lacunes et subit pas mal de bugs, rien d’insurmontable et qui ne saurait détruire mon amour pour la série, mais de tout de même en 2017 pour un jeu AAA ça fait tâche.

Les montagnes russes

Mass Effect™_ Andromeda_20170325144024

Suite au patch 1.05, on va dire que le jeu s’en sort un peu mieux. Si les environnements sont l’atout majeur de Mass Effect Andromeda, le jeu d’acteur est à la ramasse. Et là j’englobe tout aussi bien les animations faciales comme la direction artistique et le doublage. Le plus flagrant finalement se remarque sur les personnages humains, dont les animations sont parfois ridicules voir malaisantes. Il en va de même pour les Asaris. Mais dans l’ensemble, le jeu s’en sort bien, même si ces quelques points délicats à certains moments peuvent décontenancer le joueur. Quant au doublage français, il est honorable sauf pour quelques personnages secondaires, mais surtout concernant Addison dont j’ignore où ils ont choppé la doubleuse. Je comprends toujours pas cette erreur de casting, tous ses dialogues sonnent faux, comme si on avait droit à une androïde. Comble de la chose, même l’IA Sam paraît plus vivant.

Le jeu subit aussi de nombreux bugs, surtout visuels. Le tout manque de finition, et c’est bien dommage car cela entache tout le travail incroyable fourni par les équipes de développement concernant la création de cette galaxie à découvrir, la race des Angaras, les planètes. Niveau écriture, j’ai trouvé l’histoire passionnante, et les relations entre les personnages très travaillées. Tout ce petit monde vit aussi en dehors de l’existence du Pionner, du moins dans la sphère proche. Nos coéquipiers ont leurs petits soucis, leurs petites engueulades, leur vie à côté. J’ai trouvé ça vraiment génial, et je me suis bien marré à certains moments en entendant leur répliques. J’ai vraiment trouvé cette nouvelle équipe très intéressante, sans être déçu par un seul personnage. Je trouve Peebee particulièrement géniale, une sacrée Asari.

Mass Effect™_ Andromeda_20170422105310

Il en va de même dans le reste de la galaxie, les planètes évoluent dans une moindre mesure, mais en activant leur caveau respectif on remarque des changements en rapport avec la viabilité. On peut aussi implanter des avants-postes. D’ailleurs, les planètes sont vraiment des lieux incroyables, avec tout plein de quêtes secondaires même si pour la plupart ce sont surtout des missions Fedex. C’est à chaque fois une découverte, des lieux tout d’abord hostiles qu’on explore à bord du Nomade, un engin tout-terrain qui vous emmènera pratiquement partout où c’est possible, sauf hors-map.

Multijoueur

Un petit mot concernant la partie multijoueur, qui ressemble assez à celui proposé dans l’épisode 3. On doit survivre à plusieurs vagues d’ennemi sur une map, en coopération à 4 joueurs. Chaque vague peut être différente : survie, assassinat de cibles, piratage, etc. On a aussi plusieurs niveaux de difficultés (bronze, argent et or), et bien sûr de nombreuses récompenses à la clef. Récompenses qu’il faudra acheter via l’argent récolté dans les parties, mais seulement en achetant des packs. Donc le contenu est aléatoire, sauf que le jeu est bien fait de ce côté là, car une fois obtenu toutes les itérations d’une arme par exemple, elle ne se retrouvera plus dans le pack.

Le multijoueur est vraiment sympa et nerveux, il y a plusieurs types de personnages, ce qui permettra à chacun de jouer comme il le souhaite. D’autres personnages sont également débloquables. Malgré quelques soucis techniques, des fois on a droit à une erreur d’application, le multijoueur est fun surtout à plusieurs.

Conclusion

Alors, que vaut vraiment ce nouveau Mass Effect ? D’abord, je dois préciser que j’ai adoré Dragon Age Inquisition, et Mass Effect Andromeda emprunte beaucoup à celui-ci par bien des aspects. Déjà du côté de la progression dans le jeu, qui n’est plus aussi linéaire que dans la première trilogie où l’on était transporté par l’histoire. Ici, on avance vraiment à notre rythme, et on est libre de nous occuper pendant des heures à effectuer des missions annexes aux quatre coins de la galaxie.

Mass Effect™_ Andromeda_20170423130800

Certaines critiques ont aussi portées sur le fait que l’ennemi dans ce volet n’avait pas la grandeur des précédents. Alors même si le début de l’aventure pourrait le laisser penser, j’ai trouvé que par la suite cette partie de l’histoire s’étoffait et nous permettait de mieux appréhender ce qui adviendra par la suite. La menace est réelle, les mystères nombreux, vivement la suite.

Je pense m’arrêter ici, j’aurais encore pas mal de choses à dire, mais il me faudrait plus d’un article pour tout raconter. Je conclurais en disant simplement que j’ai été totalement conquis par Mass Effect Andromeda, il est le digne héritier de la précédente trilogie. J’ai passé plus de 80 heures à vivre une aventure hors du commun, pas toujours bien racontée ni bien mise en scène, mais avec de vrais moments incroyables dedans, de bonnes rigolades aussi, et un dépaysement qui m’avait manqué.


Mass Effect Andromeda est le digne successeur de la précédente trilogie, malgré quelques errements qui je l’espère seront corrigés par la suite. Un retour fortement apprécié qui promet du très bon à l’image de son final dantesque.

17/20

Une réflexion sur “[Test] Mass Effect Andromeda : voyage mouvementé dans les étoiles

  1. ozsmoz

    Je viens justement de finir mon article sur Mass Effect Andromeda et c’est drôle comme nos avis diverge. je trouve effectivement qu’il y a de très bons points, mais que beaucoup trop de chose le rende trop fade et trop lisse.
    Je trouve que depuis inquisition Bioware et EA on prit une nouvelle direction beaucoup plus grand publique donc plus lisse avec moins de place pour la narration qu’ils avaient autrefois. Et que du coup leurs jeux perds en saveur.. Dommage.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s