[Test] Mass Effect Andromeda : voyage mouvementé dans les étoiles

Nous sommes en 2017, soit cinq ans après la fin de la première trilogie… Quoi ?! Cinq ans déjà que j’attends une suite, un nouvel épisode à cette saga incroyable, j’ai fait comment pour tenir moi ? Bon, je reprends, nous sommes en 2017 au mois de mars, et je m’apprête à insérer le disque de Mass Effect Andromeda dans ma PS4 Pro. L’instant est solennel, tant d’attente, d’espoir, j’ai tant envie d’y jouer et de l’aimer…

Je me souviens, à l’annonce d’un nouveau Mass Effect, j’ai sauté de joie, je ne pouvais pas m’imaginer qu’il soit raté ou que personne ne l’apprécie. C’était impensable, Mass Effect est une religion pour moi, la nouvelle équipe chez Bioware ne pouvait que réussir. Mais j’avais un doute persistant, la date de sortie me paraissait trop proche. Juste quelques mois nous en séparaient, et je trouvais ce délai un peu court en repensant aux précédentes informations communiquées par l’éditeur à propos du jeu.

Premier contact

Mass Effect™_ Andromeda_20170416183547

Mais ne boudons pas notre plaisir, et lançons le jeu. Cette fois, la mise-à-jour attendra. Elle se téléchargera en parallèle, pas le temps de niaiser, je veux jouer. Les premières minutes, la musique, le ton, tout transpire Mass Effect à l’écran. Puis apparaissent les personnages, et même si je savais déjà à quoi m’attendre, c’est surtout les yeux qui me posent problème. Mais je me dis que j’arriverais à dépasser ça, le temps qu’un patch sorte. Le début de l’aventure m’appelle, je plonge et me délecte des premiers environnements très beaux, comme les effets d’ailleurs. La première planète découverte, l’Habitat 7, donne le ton, l’aventure promet d’être mouvementée.

Lire la suite

[Test] Oceanhorn : Monster of Uncharted Seas (PS4)

Dès les premières minutes du jeu, on sait que cet Action-RPG pompe allègrement dans un autre jeu. Non il ne s’agit pas d’Uncharted voyons, je veux bien sûr parler de la série Zelda. Oceanhorn ne s’en cache pas, et je dois dire qu’au fur et à mesure de l’aventure, cet aspect n’est absolument pas gênant.

Au contraire, on sait dans quoi on met les pieds, on connaît les mécanismes du jeu et ce qui marche dans Zelda marche aussi ici. Alors que retenir au-delà de cet hommage vraiment prononcé ? Je vais de ce pas y répondre dans ce test.

Un coup de balai

Oceanhorn_20170114135240

Autant commencer tout de suite par les similitudes, ce Zelda-like ne réinvente quasiment rien, il ne fait pas que reprendre ce qui se fait dans d’autres jeux. Le gameplay est efficace, et le moteur du jeu permet de bien se rendre compte que la physique des objets est bien pensée.

Lire la suite

[Unboxing] Test de la manette Nacon Revolution Pro Controller (PS4)

Il y a quelques temps, Playstation communiquait sur l’arrivée prochaine de deux manettes pro compatibles avec sa console PS4. L’une d’elles est la Razer Raiju dont le prix avoisine les 170€. Personnellement, je trouve un tel budget trop élevé pour une manette dite pro, surtout comparée à une Scuf ou une Burn.

Il reste donc la seconde, proposée par Nacon une marque de BigBen Interactive à un prix plus abordable (environ 90€ normalement). C’est celle-ci que j’ai acheté il y a plusieurs jours dans une boutique Micromania près de chez moi et dont je propose aujourd’hui l’unboxing et le test.

Déballage de la manette

Nacon Revolution Pro Controller 01

Le packaging est classique, la boîte en carton, l’ensemble n’est pas tape à l’oeil. Ma boîte était d’ailleurs abîmée, avec une partie de la surface noire arrachée (certainement d’usine). De toute manière, une fois le carton vidé, il ne sert plus à grand chose. La boîte intérieure s’ouvre par le milieu, la fermeture s’effectuant via des petits aimants. C’est surtout marrant, en tout cas la manette est bien protégée dans son écrin en carton moulé.

Lire la suite

[Test] Final Fantasy XV : le roi est mort ? (PS4)

L’année 2016 a été celle de la sortie de deux arlésiennes du jeu vidéo. Si la seconde, The Last Guardian, vient tout juste de dévoiler ses secrets à l’heure où j’écris ces lignes. La première, Final Fantasy XV, n’a plus grand chose à cacher une semaine après sa sortie. Il m’aura fallu 45 heures de passion et de haine pour le terminer, des heures entremêlées par de nombreuses quêtes annexes et découverte de Lucis plus que par les missions principales.

Mais faisons cela correctement, et je dois dès à présent vous prévenir que je dévoilerais certains éléments du jeu dans ce test. Si je ne mentionnerais absolument rien de l’intrigue et de la fin du jeu, je ne pourrais faire l’impasse sur quelques passages de l’histoire, mais sans jamais trop en dévoiler. Je ne compte pas vous gâcher la surprise, mais il est important de le signaler.

Premières impressions et premières heures

FINAL FANTASY XV_20161201165316

Les premiers instants du jeu, au rythme de Stand By Me (chanson reprise par Florence + The Machine), donnent le ton. J’ai tout de suite été emballé par le quatuor même si au début Prompto me tapait sur le système. En fait c’est sans doute le plus sympa du groupe, et le plus attachant, à sortir des blagues nulles toutes les 10 minutes ou à pousser la chansonnette tranquillement après un combat ou en plein donjon. Et puis il aime les Chocobos, c’est forcément un signe.

Lire la suite

[Test] Quantum Break : un mix entre série, film et jeu vidéo (Xbox One)

Le dernier jeu de Remedy étant en promotion en ce moment, vendu aux alentours de 30€, c’est avec panache que j’ai cédé à la tentation. Tentation d’autant plus grande que le fabuleux Alan Wake est offert avec toute copie neuve, accompagné de ces deux DLCs « Le signal » et « L’écrivain ».

Quantum Break est un titre que j’ai surveillé d’un oeil avant sa sortie, mais que je n’ai pas acheté tout de suite, la faute à mon temps libre et aux heures que je passe déjà sur ma PS4. Vu que je ne peux pas acheter tous les jeux, mon portefeuille n’est pas extensible, je fais donc des choix et attend des baisses de prix.

Quantum Break Screenshot 01

Quantum Break m’intéressait pour plusieurs points. Déjà le mélange entre série TV et jeu vidéo m’intriguait. Ensuite, Remedy m’avait bien scotché avec son Alan Wake et je voulais savoir si les équipes étaient capables de renouveler l’exploit ou de faire mieux.

Des débuts incertains et timides

Le début de l’aventure m’a laissé un peu perplexe. la présentation de l’histoire est assez bancale, car sitôt l’introduction terminée, j’ai eu l’impression de me retrouver avec un tireur d’élite habitué aux armes à feu et aux headshots. Je sais bien qu’on est dans un jeu vidéo, mais pour un titre qui tend vers un aspect cinématographique, il serait de bon ton de tenir des propos cohérents ou du moins de les construire intelligemment.

Lire la suite

[Test] Dead Island Definitive Collection : le retour des zombies (PS4)

Initialement sorti sur PS3 et Xbox 360, le premier Dead Island fut une très bonne surprise pour moi à l’époque. Techland et Deep Silver nous avaient fourni un FPS qui, même si visuellement moyen, fournissait sa dose de fun en zigouillant zombies en tout genre au fin fond d’une île tropicale.

C’est sans retenue que je m’étais lancé dans sa suite, Dead Island Riptide, que j’avais tout aussi adoré, même si les nouveautés étaient moins nombreuses. Au moins, je pouvais replonger dans l’atmosphère étouffante mais toujours fun de Dead Island.

Dead Island Definitive Collection 03

Depuis, et malgré quelques vidéos de gameplay, Dead Island 2 se fait trop désirer. Les équipes de Deep Silver ont fichu le camp pour sortir Dying Light. J’ai bien aimé ce dernier, mais je n’y ai pas retrouvé le fun ni la liberté de Dead Island.

Lire la suite